Collectif Parenthèse
SUPERSTOCK
Co-construction d'une Supergola dans le cadre du festival Bellastock 2016
DateJuillet 2016
LieuBobigny
Statut Réalisé
Commanditaires

En 2016, le festival Bellastock fête ses 10ans. A mesure des années, il est devenu un laboratoire grandeur réel pour expérimenter de nouvelles manières de concevoir, construire et habiter ensemble nos villes, tout en proposant des méthodes alternatives de gestion des ressources (notamment au travers du réemploi de matériaux). Pour cet anniversaire, Bellastock a décidé de canaliser une immense énergie collective pour qu’elle contribue à la transformation durable d’un territoire. Autant les collectifs du réseau Superville que les 230 participants du festival ont pu créer des installations temporaires dans l’espace public, en préfiguration des futurs aménagements du Parc de la Bergère et des ZAC de la Plaine de l’Ourcq.
Bellastock a établi sa base de vie sur une ancienne friche appartenant au glacier MIKO. La Friche MIKO est devenue notre lieu de vie pendant les deux semaines du festival.
Nous avons choisi de travailler sur le site de la Pergola, un espace refermé sur lui-même, en bordure du Parc de la Bergère, à l’écriture paysagère bien différente du reste du parc : pergola métallique cloturant un espace intérieur tramé par du carrelage de supermarché et des alignement d’arbres. Ce lieu nous a évoqué l’imaginaire d’une cité perdue, d’une civilisation disparue qui aurait laissé des vestiges abandonnés et cachés derrière une végétation luxuriante. L’activité du lieu dénote avec celle du bord du canal pourtant très proche, très peu utilisé on y trouve quelques anciens venus se reposer et des adolescents attirés par les recoins discret que procurent cet espace.
Accompagnés des paysagistes de Zeppelin et de Margaux d’Horizome, nous avons travaillé sur la pergola, cette limite opaque, pour y créer des cabanes à habiter. Ces petites structures sont venues créer un lien entre l’intérieur et l’extérieur en perçant la végétation abondante dans le but de montrer aux promeneurs qu’il se passait quelque chose derrière cette pergolas. Offrant des vues surélevées au-dessus de la piste cyclable du Canal de l’Ourcq, les deux constructions sont devenues des sortes de cadres, voire de portes, créant la transition entre l’univers incertain de la pergola et le paysage en devenir des entrepôts qui bordent le canal.
La seconde phase de chantier fut celle du «festival» à proprement parler. Bellastock a accueilli 230 participants sur la Friche MIKO, venus prolonger la démarche de préfiguration architecturale que les autres collectifs et nous avions amorcée la semaine passée. Ainsi nous avons encadré une trentaine de participants, venus de France, d’Italie, d’Argentine et même d’Australie, pour construire des installations sur le site de la Pergola. Nous leur avons laissé le libre choix de s’installer à l’intérieur du site ou de prolonger le travail sur la limite que nous avons amorcé la semaine précédente. Ces interventions ont permis d’enrichir l’espace tout en conservant les particularités du site de la pergolas.
Nous vous invitons à aller retrouver toutes les infos sur le site de Bellastock et de Hyperville. Nous remercions Bellastock, pour tout ce qu’ils font et pour leur accueil sur la Friche MIKO. Nous remercions également tous les collectifs et les personnes, amis, copains, que nous avons retrouvé ou rencontré à cette occasion. Un grand merci à Patrick Bouchain, parrain du festival, avec qui nous avons pu échanger sur quelques intentions subversives.
Nous remercions les Hydropathes pour la programmation culturelle hallucinante durant ces 3 week-ends.
Nous remercions Disco Soupe de nous avoir nourris avec toute leur bienveillance digestive durant ces deux semaines. Nous remercions Télé Charrette : les montpelliérains Quentin, Mathieu et Olivier qui ont produit et animé la super radio pirate du festival.
Enfin nous remercions les participants du festival pour leur motivation, leur énergie et tout ce qu’ils ont construit pendant cette semaine.

Contact

collectifparenthese@gmail.com

Le Collectif

Formé en 2012 par un groupe d’amis et architectes, le Collectif Parenthèse constitue un cadre de réflexion et d’expérimentation autour des pratiques de l’espace et de la ville. La volonté de créer différemment, questionner les disciplines et les métiers de l’architecture ainsi que ses méthodes de travail sont à l’origine de ce regroupement.

L’élaboration de chacun des projets du collectif suit un processus complet, de l’idée au dessin et de la conception à la réalisation. Nous cherchons à développer une approche interactive, humaine et responsable de la création par le biais de tous les médiums disponibles qui suscitent notre intérêt. Architecture, scénographie, installations, graphisme, design, vidéo, photographie… sont autant de disciplines créatives où notre imaginaire et nos réflexions peuvent s’exprimer. Cette énergie se concrétise par l’élaboration d’installations éphémères, de mobilier urbain, de projections, de design d’objet mais aussi de créations purement artistiques.

L’espace public est à tous, la culture pour chacun, nous voulons offrir aux usagers d’une architecture, d’un quartier, d’un évènement, une expérience visuelle, physique et sociale.

Maroua Bahij / Joris Bengounia / Rémi Chaudagne / Jean-Baptiste François / Virgile Ponsoye / Fabien Salhen / Rajh Sevagamy / Louis-Phong Viret